Archives de Tag: Laisser

Psychanalyste

[Ou psychiatre].

Médecin (spécialisé) que vous payez une fortune et qui vous laisse faire tout le boulot.

N.D.A. : j’avoue avoir un petit faible pour les psychologues.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans P

Mannequin

Je pense à ces mannequins en herbe, victimes de la mode et prisonnières de leur maigreur, qui – trop dociles parce que souvent très jeunes – exécutent tout ce qu’on leur impose pour « donner l’exemple » aux foules. Quittes à frôler la mort, voire y laisser la vie. Serait-il aussi risqué d’être mannequin que pilote de formule un ?

Beautiful Girl / INXS.

Poster un commentaire

Classé dans M

Electricité

J’ai eu l’opportunité et le privilège de travailler, plusieurs mois durant, pour la Direction Recherche et Développement (on dit plus couramment R&D) d’Électricité de France (on dit plus couramment EDF). 😀

A mesure qu’avançait ma mission (impossible), je me posais de plus en plus souvent cette question : « Mais que ferions-nous, que serait le monde, sans électricité ? Nous qui sommes tellement désemparés à la moindre coupure. »

Je sais d’avance ce que vous allez me dire : « Hé, mon gars, t’as pensé aux centrales et aux déchets nucléaires ?! Et Tchernobyl, alors ? Et Fukushima, hein ? »

Je vous répondrai tout simplement : « A ma connaissance, ce n’est pas EDF qui a bombardé Hiroshima et Nagasaki. » Ou bien encore : « Êtes-vous bien conscients que 80 à 90 % de l’énergie que VOUS consommez provient de réactions atomiques ? »

Mais IMMÉDIATEMENT j’ajouterai : « Étant donné que je suis écolo (je n’ai pas honte de le dire), il est bien évident que je préfère les centrales hydrauliques aux centrales au charbon. Et l’énergie éolienne, géothermique ou solaire aux centrales nucléaires. Ou bien encore celle produite par la mer. »

Et je terminerai mon discours en citant ce célèbre slogan : « Impossible n’est pas français ! » Voulant dire par là : « Oui [Tchernobyl ou Fukushima] c’est aussi possible en France. Hélas. »

Comme quoi, tout n’est pas si simple. Mais le débat est ouvert.

Et, tout comme vous, je pense à l’héritage que nous (?) allons laisser à nos enfants…

Exemple d’énergie explosive (et illustrative). En plus les guitares sont électriques ! 😀

Même les filles sont électriques !
Je ne suis pas l’auteur des photographies. Je me considère donc comme étant dégagé de toute responsabilité vis-à-vis des dames qui pourraient en être choquées. A mon avis, cette vidéo a été sponsorisée par une ou plusieurs grandes marques de cigarettes. 😀

Poster un commentaire

Classé dans E

Dictionnaire

« Si l’on y réfléchit un peu, tout livre est l’anagramme d’un autre. Peut-être même de plusieurs. Il n’appartient qu’au lexique d’être celui de tous les autres. […] Nous ne copions que des dictionnaires, dans les langues pratiquées ou disparues, avec l’assurance qu’ils contiennent à chaque fois l’infini de toute littérature envisageable. […] Quand ces ouvrages disparaissent des endroits où nous les avons laissés, nous nous en réjouissons : c’est qu’une bibliothèque a été semée. »

L’Île du Point Némo / Jean-Marie Blas de Roblès, Zulma, 2014, p. 453.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Blas_de_Robl%C3%A8s

Poster un commentaire

Classé dans D

Suicide

Solution finale lorsque toutes les issues semblent condamnées. Mais toute porte fermée est susceptible de s’ouvrir pour laisser pénétrer le jour. A la nuit noire peut succéder un lumineuse journée.

Si – « par bonheur » – il reste dans le domaine de la tentative, c’est qu’il est une envie de dormir, d’oublier, de ne plus penser, ou bien d’appeler « au secours  » !

Poster un commentaire

Classé dans S

Papillon

Sur ton décolleté, un doux papillon aux ailes argentés, s’est posé . Tel un scintillant baiser laissé entre ton cou gracile et ta poitrine épanouie.

Poster un commentaire

Classé dans P

Bague

A NP.

Lors d’un court séjour, dans une petite ville située non loin de la mer, je m’étais offert une petite bague de peu de valeur, trouvée par hasard sur l’étal d’un marché de rue. Sur l’anneau de ce colifichet – tout à fait ordinaire et  très peu onéreux –  était fixé un « smiley » verni légèrement convexe, représentant en quelques traits noirs, un visage souriant sur un fond dont la couleur et le brillant rappelaient ceux de la nacre. C’est d’ailleurs cet aspect qui me poussa à franchir le pas. J’étais accompagné, lors de cet achat, d’une assez jolie jeune femme, qu’apparemment je ne laissais pas indifférente. La  réciproque étant également vraie. Nous avions un point commun :  le goût et l’envie de rire. Ce dont nous ne nous privions pas lorsque nous étions de sortie ensemble !

Quelque temps après – à force de se coincer dans la poche étroite de mon jean, lorsque j’y glissais la main – le « smiley », très mal soudé sur l’anneau de piètre qualité, est tombé. Je croyais l’avoir perdu et me sentais assez contrarié, car je ressentais une sorte d’affection pour ce tout petit objet. L’ayant vainement cherché, et le croyant définitivement perdu,  je finis néanmoins par le retrouver par hasard.  Je ne sais plus où ni comment.

Mais je compris par la suite que l’intérêt et que je portais à cet objet, ainsi que l’attraction qu’il suscitait en moi,  ne venait pas du bijou en soi, mais plutôt de la personne qui m’accompagnait. Preuve en est que, n’ayant jamais pu recoller le « smiley »,  je gardais cependant l’anneau à mon doigt, qui (coïncidence troublante) se trouvait être mon annulaire. Devais-je voir dans tout cela un symbole favorable ou un funeste présage ? Un bijou brisé ou bien un lien sacré ?  Cela, l’histoire ne le dit pas.

A vous (et moi) d’en inventer la suite…

Poster un commentaire

Classé dans B