Archives de Tag: Femme

Calvitie

Les femmes ont coutume de dire que la calvitie n’est pas rédhibitoire ni éliminatoire quand il est question d’hommes. Pourquoi alors les acteurs, rugbymen ou mannequins qu’elles admirent, désirent, devant lesquels elles se pâment, ont-ils tous de belles et brillantes chevelures ?! J’aimerais bien comprendre. Mais comme toute règle a une (ou plusieurs) exception(s), et que ce sont (peut-être) les deux  premiers noms qu’elles vont me jeter à la figure, citons Yul Brynner et Bruce Willis, qui compensent, par leur charme et leur virilité, leur absence de cheveux. Deux qualités que les chauves devraient naturellement posséder ou développer, s’ils ne veulent pas finir leurs jours, vieux garçons, chez leur maman.

PS (en guise d’illustration) : avez-vous déjà vu sur podium un mannequin homme sans cheveux ? Si c’est le cas, vous avez eu de la chance car c’est rarissime.

PS 2 : comment diable avez-vous deviné que j’avais « quelques » cheveux en moins ? Et que je vais chez lez coiffeur demain ? 😀

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans C

Planète

Les hommes viennent de Mars (en trimbalant leur testostérone).
Les femmes viennent de Vénus (en portant leur œstrogène et leur progestérone).*
Deux nuances de Gray.**

* C’est pas juste, elles sont plus chargées.
** Au cas où, je précise que Paul Gray est l’auteur de ce best-seller interplanétaire (l’adjectif est tout à fait approprié en l’occurrence).

😀

Je n’en suis pas trop mécontent de celle-là. Écoutons un peu de musique pour fêter ça.

Venus / Shocking Blue.

Ce n’était pas encore tout à fait au point au niveau du playback. Il y a eu beaucoup de progrès faits en ce domaine, depuis. Grâce à la science et au sens du spectacle.

 

1 commentaire

Classé dans P

Patriarcat

A toi, très chère amie, Goddess of Victory, qui a éveillé mon esprit.
You’ll stay forever my cyberlover. Even if we were only both players.

Pour mon 400ème article (oui, je n’ai pas tenu ma promesse de m’en tenir à 365 comme je l’avais annoncé dans mon « A propos » –> https://antidictionnaire.com/a-propos/), je tiens à laisser la parole à une femme. Une grande dame. Qui nous a fait entendre un autre son de cloche, à nous les hommes.

Voici ce qu’elle nous dit :

« La vie des gens des deux sexes […] est ardue, difficile, une lutte perpétuelle. Elle exige un courage et une force gigantesques. Et plus que toute autre chose peut-être, elle exige de la confiance en soi. Sans cette confiance, nous sommes semblables à des bébés dans leurs berceaux. Et comment pouvons-nous faire naître cette qualité impondérable et cependant si précieuse ? En pensant que les autres sont inférieurs à nous. En sentant que nous avons quelques supériorités innées. […] D’où l’énorme importance pour un patriarche conquérant ou patent dans le fait de sentir que beaucoup d’êtres humains – en réalité la moitié du genre humain * – lui sont, par leur nature même, inférieurs. Sans doute est-ce là une des principales sources de son autorité. »

* Comprendre : les femmes.

Une chambre à soi /  Virginia Woolf.

Poster un commentaire

Classé dans P

Massage

Il m’est arrivé, lors de certains chats  – en anglais s’il vous plait, je crois que ce mot est entré dans le dictionnaire – je disais donc :  il m’est arrivé lors de « discussions au clavier » d’écrire le mot « mAssage » au lieu de « mEssage. Le plus souvent lorsque je m’adressais à des femmes. Si l’on ajoute à cela le fait que la prononciation du terme « chat »  en anglais est très proche du mot le couramment employé (et qui, au passage, n’est pas mon préféré) pour désigner le sexe féminin, il y a de quoi être troublé, non ? Freud se serait sans doute régalé de cet acte manqué, ne pensez-vous  pas ? 😉 😀

6 Commentaires

Classé dans M

Féminité

Surtout ne perdez pas cette qualité, Mesdames. Ne jouez pas à singer les hommes.
Et puisque nous sommes sur ce sujet, qui restera longtemps d’actualité, j’en profite pour vous dire qu’un féminisme digne de ce nom et bien pensé ne pourra s’épanouir et prospérer qu’AVEC les hommes et non SANS eux. Ces Messieurs doivent aussi s’impliquer dans cette nécessaire mutation.

3 Commentaires

Classé dans F

Femme (6)

Quand une femme vous annonce « Il me faut du temps » ou bien « Je ne suis pas prête », comprenez « Je ne veux pas de toi ». Quand on une femme, allongée à vos côtés par une belle nuit d’été, vous dit « Non »,  il faut comprendre « Mais si, imbécile, tu n’a rien compris, ça voulait dire oui ! » C’est du moins ce qu’elle vous annonce froidement le lendemain.  Je ne suis nullement misogyne (ce serait même plutôt le contraire). Ce que je viens de vous raconter là, c’est du « vécu », de « l’authentique » ! Si, si, Messieurs-Dames, je vous l’assure ! Et vous pouvez me croire sur parole.

Un jour, il y très longtemps – j’étais encore adolescent – on m’a dit que j’avais une « libido féminine » (comprenne qui pourra). Ça, c’est une (jeune) femme qui me l’a dit. Une autre fois (beaucoup plus récemment) on m’a dit : « tu as un cerveau aussi compliqué que celui d’une femme ». Ça, c’est un homme qui me l’a dit. Est-il misogyne, lui ? Je ne le crois pas.  Il aime les femmes tout autant que moi. Je conclus de tout cela qu’il y a en moi une part féminine. Et je l’assume.

Je devrais par conséquent être assez bien placé pour comprendre les femmes. Hé bien non, justement ! Je n’y comprends toujours rien, je dois l’avouer. Et je crois que je ne saurai jamais vraiment comment  elles « fonctionnent ». Ou plutôt certaines d’entre elles. Il ne faut pas généraliser ! (J’ai en effet connu quelques expériences ou relations beaucoup plus simples que celles que je viens de citer).

Il est est possible, alors, que je sois parfois (souvent ?) tombé sur des « tordues ». Ou bien, qu’effectivement, je sois un authentique imbécile !

17 Commentaires

Classé dans F

Femme (5)

Je dois reconnaître, cruelle déception, que j’ai souvent du mal à  bien comprendre leur psychologie ; à cerner leur personnalité. Peut-être serait-ce parce que celles que je rencontre ne me conviennent pas ? Ou, au contraire, serait-ce moi qui ne leur convient pas ?  Ou bien encore, ne serais-je pas assez fin psychologue ? M’y prendrais-je mal avec elles ? Mon charme n’opérerait-il pas assez longtemps ? Les aimer ne leur suffirait-il pas ? Ne leur donnerais-je pas ce qu’elles attendent d’un homme ou d’un compagnon ? Ou bien, pour mettre fin à cette trop longue liste, serait-ce elles qui, étant en pleine mutation, ne tourneraient pas rond ? J’avoue, avec une certaine honte, que je l’ignore.
Je propose donc de conclure ces interrogations de toute première importance (en particulier pour moi) par une courte formule finale : les femmes sont et restent pour moi un véritable mystère. Il faut parfois savoir faire amende honorable. A l’inverse, surtout ne leur dites jamais quelque chose qui pourrait leur déplaire : elles vous le pardonneraient difficilement.
(J’écris bien sûr ces lignes « à la suite d’une douloureuse déception sentimentale ». Comme je le ferais d’une pénible désillusion amicale).

Caroline / Mc Solaar.

10 Commentaires

Classé dans F