Archives de Tag: Bébé

Patriarcat

A toi, très chère amie, Goddess of Victory, qui a éveillé mon esprit.
You’ll stay forever my cyberlover. Even if we were only both players.

Pour mon 400ème article (oui, je n’ai pas tenu ma promesse de m’en tenir à 365 comme je l’avais annoncé dans mon « A propos » –> https://antidictionnaire.com/a-propos/), je tiens à laisser la parole à une femme. Une grande dame. Qui nous a fait entendre un autre son de cloche, à nous les hommes.

Voici ce qu’elle nous dit :

« La vie des gens des deux sexes […] est ardue, difficile, une lutte perpétuelle. Elle exige un courage et une force gigantesques. Et plus que toute autre chose peut-être, elle exige de la confiance en soi. Sans cette confiance, nous sommes semblables à des bébés dans leurs berceaux. Et comment pouvons-nous faire naître cette qualité impondérable et cependant si précieuse ? En pensant que les autres sont inférieurs à nous. En sentant que nous avons quelques supériorités innées. […] D’où l’énorme importance pour un patriarche conquérant ou patent dans le fait de sentir que beaucoup d’êtres humains – en réalité la moitié du genre humain * – lui sont, par leur nature même, inférieurs. Sans doute est-ce là une des principales sources de son autorité. »

* Comprendre : les femmes.

Une chambre à soi /  Virginia Woolf.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans P

Cave

De la poussière.

Des cartons moites, contenant des vêtements de bébé, puis d’enfant. Des jouets en tous genres et en pagaille. Tout un bric-à-brac. Objets soigneusement rangés, ou bien posés en vrac. Des boîtes à chaussures et des emballages. Identifiés par deux écritures féminines différentes : l’une assez ronde, très lisible, presque nerveuse ; l’autre, belle et élégante, plus récente. Instantanément reconnues.

Vous l’aurez peut-être compris : je trie et élimine certains résidus de mon existence. Autrement dit : je vide ma cave !

Ce faisant, certains épisodes de ma vie défilent devant mes yeux. Cela signifie-t-il que je suis en train de mourir (comme on a coutume de le dire) ? Ou bien fais-je cela pour mieux renaître ?

Qui sait ? Le temps passe si vite !

Et fait de nous de la poussière…

Poster un commentaire

Classé dans C