Archives de Tag: Annoncer

Age (2)

Si :

  • Un individu de plus de 45 ans s’adresse à vous en employant un « Monsieur » ou un « Madame » très prononcé.
  • Votre fille ainée vous annonce au téléphone, dans la plus complète euphorie : « Papa, je vais bientôt être maman ! »
  • Vous constatez avec un certain soulagement (ou pas) que vous n’êtes pas très loin de l’âge de la retraite.
  • Les regards des personnes de l’autre sexe (ou pas) que vous croisez ne sont plus rieurs, tentateurs, séducteurs, aguicheurs ni souriants, mais froids, absents et indifférents.

Vous en déduirez probablement ceci : « Punaise ! Il me semble que je suis en train de prendre un coup de vieux, moi… » Surtout ne vous inquiétez pas, c’est tout à fait normal.

En effet, après une longue enquête, une étude sociologique assez poussée, et avoir résolu de nombreuses équations très compliquées, je suis arrivé à la conclusion suivante :

tous les 10 ans (environ) on devient le vieux de quelqu’un. Soit la moitié de la « durée de vie » d’une génération !

– Vous : « Nooon ?! »

– Moi :  » Siii ! »

– Vous : « Pfff, arrête, tout ça c’est dans la tête ! »

C’est vrai.

Car : « quand on aime on a toujours 20 ans. »

Ce qui m’arrange. Vous n’imaginez pas à quel point !

😀

Quand on aime on a toujours vingt ans, Sing Sing / Jean-Pierre Ferland.

Publicités

3 Commentaires

Classé dans A

Patriarcat

A toi, très chère amie, Goddess of Victory, qui a éveillé mon esprit.
You’ll stay forever my cyberlover. Even if we were only both players.

Pour mon 400ème article (oui, je n’ai pas tenu ma promesse de m’en tenir à 365 comme je l’avais annoncé dans mon « A propos » –> https://antidictionnaire.com/a-propos/), je tiens à laisser la parole à une femme. Une grande dame. Qui nous a fait entendre un autre son de cloche, à nous les hommes.

Voici ce qu’elle nous dit :

« La vie des gens des deux sexes […] est ardue, difficile, une lutte perpétuelle. Elle exige un courage et une force gigantesques. Et plus que toute autre chose peut-être, elle exige de la confiance en soi. Sans cette confiance, nous sommes semblables à des bébés dans leurs berceaux. Et comment pouvons-nous faire naître cette qualité impondérable et cependant si précieuse ? En pensant que les autres sont inférieurs à nous. En sentant que nous avons quelques supériorités innées. […] D’où l’énorme importance pour un patriarche conquérant ou patent dans le fait de sentir que beaucoup d’êtres humains – en réalité la moitié du genre humain * – lui sont, par leur nature même, inférieurs. Sans doute est-ce là une des principales sources de son autorité. »

* Comprendre : les femmes.

Une chambre à soi /  Virginia Woolf.

Poster un commentaire

Classé dans P

Femme (6)

Quand une femme vous annonce « Il me faut du temps » ou bien « Je ne suis pas prête », comprenez « Je ne veux pas de toi ». Quand on une femme, allongée à vos côtés par une belle nuit d’été, vous dit « Non »,  il faut comprendre « Mais si, imbécile, tu n’a rien compris, ça voulait dire oui ! » C’est du moins ce qu’elle vous annonce froidement le lendemain.  Je ne suis nullement misogyne (ce serait même plutôt le contraire). Ce que je viens de vous raconter là, c’est du « vécu », de « l’authentique » ! Si, si, Messieurs-Dames, je vous l’assure ! Et vous pouvez me croire sur parole.

Un jour, il y très longtemps – j’étais encore adolescent – on m’a dit que j’avais une « libido féminine » (comprenne qui pourra). Ça, c’est une (jeune) femme qui me l’a dit. Une autre fois (beaucoup plus récemment) on m’a dit : « tu as un cerveau aussi compliqué que celui d’une femme ». Ça, c’est un homme qui me l’a dit. Est-il misogyne, lui ? Je ne le crois pas.  Il aime les femmes tout autant que moi. Je conclus de tout cela qu’il y a en moi une part féminine. Et je l’assume.

Je devrais par conséquent être assez bien placé pour comprendre les femmes. Hé bien non, justement ! Je n’y comprends toujours rien, je dois l’avouer. Et je crois que je ne saurai jamais vraiment comment  elles « fonctionnent ». Ou plutôt certaines d’entre elles. Il ne faut pas généraliser ! (J’ai en effet connu quelques expériences ou relations beaucoup plus simples que celles que je viens de citer).

Il est est possible, alors, que je sois parfois (souvent ?) tombé sur des « tordues ». Ou bien, qu’effectivement, je sois un authentique imbécile !

17 Commentaires

Classé dans F