Archives mensuelles : juillet 2015

Dérision

Mon péché mignon.

Publicités

1 commentaire

Classé dans D

Mode

La mode, ça se démode aussi vite que ça « se mode » (je n’invente rien ; à part peut-être le verbe « se moder » qui n’existe pas). 🙂
La mode c’est fait pour les snobs et/ou ceux qui ont les moyens de faire la course à l’avant. Et pour les crétins qui essaient de les suivre, mais n’en ont pas les moyens.
Je sais que je ne vais pas vraiment me faire que des ami(e)s en écrivant cela, mais ce n’est pas mon pauvre petit blog qui changera les choses ni ne bouleversera le monde (soustrayez le « n », reste « mode »). Je tiens néanmoins à dire que –  fondamentalement – je n’ai rien contre la mode (c’est joli, c’est brillant, c’est attirant, ça permet de créer des parfums, et des emplois). Mais – personnellement – ce que je préfère par-dessus tout dans la mode (et je sais que je suis loin d’être le seul) ce sont les mannequins (elles sont jolies, brillantes, attirantes, sentent bon et seraient capables de vous faire perdre votre emploi – d’un seul regard, d’un simple battement de cil).

Hélas sous cette belle apparence se cachent parfois bien des souffrances. L’envers du décor est un peu moins reluisant. Les rois de la mode – qui donnent le « la » et définissent la norme – se comportent souvent en véritables tyrans, considérant leurs mannequins comme de simples esclaves, sachant très bien qu’elles seront prêtes à (presque) tout endurer en échange d’un peu de renommée ou de célébrité.

Victime de la mode / Mc Solaar.

Poster un commentaire

Classé dans M

Contexte

« Je me souviens qu’un jour […] notre orthophoniste m’a expliqué que la mémoire emmagasine les informations avec leur environnement. Même si je vois le visage de ma boulangère tous les matins en allant acheter mon pain, il se peut que je ne la reconnaisse pas en la croisant dans la rue ou au supermarché : je vais probablement me dire que je l’ai déjà vue, mais je ne vais pas me rappeler tout de suite de qui il s’agit. Et peut-être pas du tout. »

In : Les Trois Médecins / Martin Winckler, Gallimard, 2006, (Folio ; 4438), p. 509. Première éd. chez P.O.L, 2004.

J’ai vécu cette situation un nombre incalculable de fois ! Me disant sur le champ que je n’étais pas très physionomiste (pas plus qu’orthophoniste d’ailleurs). 😀 Avant de me rendre compte (je le dis avec mes mots) que cela n’était qu’une question de contexte. Sorti de celui-ci, il est parfois assez difficile de reconnaître quelqu’un, que pourtant l’on connaît.

A ma fille chérie, qui m’a fait connaître ce bouquin. :-*

Poster un commentaire

Classé dans C

Problème

Si l’on y est confronté, il faut essayer de se dire à soi-même : « Tout problème a une solution ». Si l’on parvient à s’en convaincre, sa résolution s’en trouvera facilitée. Cela change tout !

Poster un commentaire

Classé dans P

Positiver

On peut voir tout ce qui ne va pas (et s’en plaindre). Ou bien considérer tout ce qui marche et fonctionne bien (et s’en réjouir). Tout n’est qu’une question de point de vue. Selon celui qu’on adopte, le résultat ou les répercussions ne seront pas du tout les mêmes.

[J’écris aussi cela car je suis un fidèle client de Carrefour]. 😀

Poster un commentaire

Classé dans P

Design

Il joint l’utile à l’agréable. Réunit le fond et la forme. Allie la beauté à la fonctionnalité.

1 commentaire

Classé dans D

Passé (3)

Il nous est impossible d’avoir une quelconque action sur le passé (excepté par la pensée ***). Les choses changent. Tout comme notre vision des choses change. Ne reste plus qu’une douce nostalgie, qui n’est pas si désagréable que ça, au fond. Mais nous avons encore le temps et la possibilité de préparer nos lendemains. Ou, mieux encore : utiliser le temps qui nous reste pour apprendre à savourer et profiter de l’instant présent – ce qui nécessite un assez long apprentissage.  -_-
Amen. 🙂
*** A moins bien sûr d’être en possession de « La machine à explorer le temps » d’H.G. Wells, ce qui me paraît peu probable. 😀

Des lendemains qui chantent / Françoise Hardy, Benjamin Biolay.

Retour vers le futur / Robert Zemeckis.

Poster un commentaire

Classé dans P